Contraception, ma vie sans pilule…

Hello mes petites paupiettes, de retour par ici avec un nouvel article perso. Ce post est juste le récit de mon rapport avec la pilule et de ma contraception, en aucun cas je n’encourage ou soutient tel comportement, ou tel moyen contraceptif. Je ne fais la promotion d’aucune manière d’agir, j’ai juste décidé de vous partager le choix que j’ai fait il y a plusieurs années, les raisons qui m’ont poussé à prendre cette décision et ma manière de fonctionner ces dernières années.
Suite à l’annonce de ma grossesse et l’article Mum to be,  j’ai reçu beaucoup de messages concernant ma contraception avant la tentative de la conception de bébé. Une nouvelle fois, c’est un choix personnel, je ne prône ici aucune manière de fonctionné.


La Pilule et moi 

Comme la plupart des jeunes femmes de notre génération, j’ai pris la pilule assez tôt, je dirais à l’âge de 17 ans. Je prenais Minidrill, une microdosée qui me convenait bien. Je n’ai pas eu de prise de poids, mes règles étaient régulières et peu douloureuses, bref tout roulait  Il y a un peu plus de 4 ans, après 10 ans de prise quotidienne, je commençais à ressentir une sorte de dégout lorsque je la prenais. Je l’oubliais de plus en plus, et je sentais que mon corps n’en voulait plus. C’est alors que j’ai commencé à m’interroger sur ce médicament.

Car oui c’est bien un médicament, une prise hormonale, une modification du fonctionnement naturel de mon corps. À ce moment là, il y 4 ans, je n’avais absolument pas envie de fonder une famille, ma relation de l’époque (3 ans et demi) touchait à sa fin, et j’allais bientôt entrer dans une longue période de célibat. J’ai donc pris la décision d’arrêter la pilule. Je n’ai pas pris de rendez-vous chez ma gynéco, ce qui je dois le souligner n’est pas raisonnable. En effet après une prise si longue certains effets secondaires peuvent apparaitre comme des modifications physique (prise de poids, acné…) ou plus grave l’apparition de kystes ovariens. Fort heureusement je n’ai pas eu trop de soucis, certes j’ai subi l’apparition de quelques boutons mais rien de trop dérangeant. En revanche ce qui m’a le plus frappé c’est la durée qu’a mis mon cycle à se remettre en ordre. En effet, lorsque l’on prend la pilule pendant autant d’années votre cycle ne sait plus fonctionner normalement. Après plusieurs mois de règles chamboulées, mon cycle s’est remis en ordre doucement, je dirais au bout de 6-10 mois. Honnêtement c’était fascinant de retrouver les sensations de ma « mécanique interne », je connaissais et ressentais mon jour d’ovulation, je retrouvais une libido qui n’était plus lissée par un médicament, et même si mes règles duraient maintenant plus longtemps (environ 5 jours contre 3 sous pilule), j’étais vraiment heureuse de retrouver mon corps, de le sentir libre. 


Préservatif et calendrier 

Forcément lorsque l’on est célibataire (dans une relation non installée) la question de la contraception ne se pose pas. L’utilisation du préservatif me convenait très bien. Car, navrée de devoir souligner ce fait, mais le préservatif est le seul moyen de se protéger des MST ! La grossesse est le moindre mal d’un rapport non protégé, et j’ai l’impression que de plus en plus de personnes de notre génération ont tendance à l’oublier. Lorsque j’échange autour de moi, j’entends que de nombreuses femmes de mon âge ont déjà eu recours à l’avortement et ce plusieurs fois dans certains cas, et pas forcément à cause « d’accidents ». Pardonnez moi mais cela me choque ! Premièrement parce que l’IVG n’est pas un acte anodin et deuxièmement parce que la peur des MST ne semble plus être présente… Il a toujours été inconcevable pour moi d’avoir des rapports non protégés, c’est pour cela qu’utiliser le préservatif durant près de 3 ans ne m’a pas dérangé. Lorsque je me suis remise en couple (avec mon ex) pendant presque un an je n’ai pas eu l’envie de retirer cette barrière. Je pense qu‘il faut une certaine confiance et intimité pour décider de retirer le préservatif, et de faire les test de dépistage.

Moi je n’ai eu cette envie qu’après avoir rencontré mon chéri, au bout de 3 mois de relation nous nous sentions prêts à franchir ce cap. C’est donc là que j’ai pris la décision de consulter une gynécologue et de faire un check up complet. La révision des 30000 comme j’aime l’appeler. Passé la trentaine il était important de faire le point et je souhaitais trouver une contraception adaptée. Mais voilà comme je l’ai rapidement expliqué dans mon précédent article, je ne m’attendais pas à un tel diagnostic. L’an passé je n’avais pas une bonne hygiène de vie, je mangeais mal, dormais peu, sortais beaucoup et faisais énormément d’excès notamment d’alcool et de cigarettes. Ajoutez à cela des antécédents familiaux que je souhaite garder pour moi, ma gynécologue a préféré m’alerter sur ma fertilité. En effet à ce moment je n’envisageais pas de lancer un projet bébé avant mes 33 ans, ce qui, au vu de tout ce que j’avais énoncé plus haut semblait un petit peu compliqué. Je suis donc allée faire un test de fertilité, une prise de sang et 10 jours plus tard les résultats tombent. Une bonne réserve ovarienne mais un taux de prolactine pas au top et donc une fertilité moyenne. Bien sur cette nouvelle m’a un peu choquée, je ne m’y attendais pas, certes ce n’était pas non plus un diagnostic de stérilité, mais cela annonçait que faire un bébé serait peut-être un peu plus difficile que prévu.

J’ai donc décidé de prendre un virage à 180 degrés, j’ai fait attention à mon alimentation, repris le sport et quasiment arrêté de fumer (de 20 à 4 cigarettes/jour), je vous ai d’ailleurs rédigé un article iciMais surtout nous avons pris la décision de ne pas reprendre de contraception hormonale médicamenteuse. Et c’est sur ce sujet que j’ai eu le plus de questions. Comment j’ai géré ma contraception de manière naturelle durant une année. Mon cycle étant réglé comme du papier à musique, je pouvais suivre mes 3 jours de fertilité sur le calendrier via des applications notamment celle de Doctissimo Ovulation.  Bien sur, cette méthode n’est pas fiable à 100%, la nature n’est jamais une science exacte ! Pour ne prendre aucun risque, nous utilisions le préservatif durant la semaine de mes 3 jours de fertilité (soit 2 jours avant et 2 jours après le risque). Une méthode naturelle, en aucun cas « traumatisante » pour le corps et qui implique les 2 partenaires ! Car sans vouloir ouvrir ce débat interminable, je trouve ça juste que l’homme s’implique également dans la contraception de sa compagne et pas seulement en la regardant prendre son cachet quotidien. Du coup nous étions tous les 2 au courant de la progression de mon cycle et nous nous adaptions en fonction. Cela a fonctionné pendant un an, sans aucun accident, sans aucun stress. Après un an de vie commune nous nous sommes sentis prêts, et le 1er janvier, nous avons pris la décision de ne plus regarder ce calendrier, de ne plus « éviter » les jours de fertilité, et de laisser la vie nous offrir le bébé que nous voulions. Je suis tombée enceinte instantanément moins de 3 semaines après.

Et la suite…

Un bonheur et une belle surprise, lorsque l’on sait qu’il faut en moyenne entre 6 mois et un an pour concevoir son premier enfant. Une réelle chance bien sur ! Mais aussi la conséquence de certaines décisions que j’ai prises. L’arrêt de la pilule il y a plusieurs années, la remise en forme de mon corps et l’adoption d’une meilleure hygiène de vie. Et surtout, je pense que cela a un réel impact, il ne faut pas se focaliser sur cette envie de bébé. Bien évidemment cela est plus facile à dire qu’à faire, mais dans notre cas nous avons juste pris la décision d’arrêter « d’éviter de faire un bébé » ce qui est différent de vouloir en fabriquer un. La nuance est mince mais je pense qu’elle a son importance…  Après mon accouchement, je pense reprendre une contraception, afin d’éviter un retour de couche. Pour le moment je ne me suis pas encore penchée sur le sujet, nous prendrons cette décision à 3, avec mon chéri et ma gényco, afin de trouver le système qui me convient le mieux. Peut-être la pose d’un stérilet en cuivre afin d’éviter les hormones.

Une nouvelle fois, cet article est une réponse aux questions que l’on m’a posé, je ne fais en aucun cas l’apologie de l’arrêt de la pilule ou de l’utilisation du calendrier qui n’est pas une méthode 100% fiable. C’est juste le récit d’une expérience personnelle. D’ailleurs j’aimerai beaucoup que l’on puisse échanger ici (ou sur Instagram), sans jugement, sur vos méthodes contraceptives, et vos avis. N’hésitez pas à me laisser un commentaire.

Suivre:

18 Commentaires

  1. Léa S
    8 mai 2019 / 19 h 25 min

    Coucou,
    Hyper interessant ton article !
    Je comprends totalement ton choix, je me posé la même question y’a un peu plus d’un an « comment arrêter la pilule et d’ingurgiter chaque jour des hormones » ?
    J’avais vraiment la sensation de « pourrir » mon corps et je trouvais ça plus possible !
    Pour moi la question de la grossesse était inenvisageable pour l’instant je me suis donc tournée vers le stérilet au cuivre, aujourd’hui mon seul regret est de ne pas y être passée plus tôt !
    Bonne grossesse !
    Léa

    • eloditcequelleveut
      Auteur
      8 mai 2019 / 20 h 44 min

      Hello Léa ✨
      Merci beaucoup pour ton commentaire et ce partage d’expérience !
      Justement je pense vraiment que le sterilet est l’alternative la plus naturelle aujourd’hui.
      Je suis juste un peu anxieuse à l’idée de la pose hihi mais je passerai le cap après la naissance de bébé 🐣❤️

  2. Jessica
    8 mai 2019 / 19 h 37 min

    Très bon article! Je suis totalement d’accord avec toi je suis en pleine reflexion arrêt de la pillule pour mon bien hormonal car elle joue beaucoup sur mon moral, l’acné et ma libido.
    Je vais suivre tes conseils et prendre d’abord un rdv chez le gyneco parce que le stérilet pour ma part je ne suis pas rassurée.
    Merci pour tes conseils ton partage d’expérience.
    Très belle soirée à toi!

    • eloditcequelleveut
      Auteur
      8 mai 2019 / 20 h 35 min

      Hello Jessica ✨
      Merci beaucoup pour ton retour.
      Je te comprends oui cela joue également sur l’humeur et énormément sur la libido.
      Laisse toi du temps pour réfléchir et effectivement en discuter avec ta gynécologue c’est le mieux car elle pourra te conseiller et te proposer des alternative qui te correspondra le mieux !
      Et pour le sterilet, je pense que cela dépend vraiment des femmes, mais moi aussi je t’avoue ne pas être ultra ^^

  3. Anais
    8 mai 2019 / 21 h 22 min

    Pour ma part j’ai arrêté la pilule il y a un peu plus de 5 ans, c’est ma gynécologue qui m’a alerté sur les risque encourue pour une femme fumeuse prenant la pilule.
    Nous avons discuté de tous les moyens de contraception et nous sommes tombées d’accord sur le stérilet.
    J’ai donc passé le cap il y a un peu plus de 5 ans et je ne regrette pas. Même si la pose du stérilet n’est pas une partie de plaisir je me dis que c’est une fois tous les 5 ans donc …
    J’ai un stérilet sans cuivre car je suis une femme nullipare, et avant d’en parler avec ma gynécologue je pensais que les femmes n’ayant pas eu d’enfant ne pouvait pas poser de stérilet or c’est une idée reçue 😊
    Comme tu le dis si bien dans ton article, je ne prône pas le stérilet ou un autre moyen de contraception mais je voulais partager mon expérience et peut être répondre à certaines questions 😊
    Je te souhaite une belle grossesse et tout le bonheur du monde pour ta famille 😘

    • eloditcequelleveut
      Auteur
      14 mai 2019 / 22 h 04 min

      Hello Anaïs ✨
      Merci beaucoup pour ton message et ton partage d’expérience 🙏🏻
      Oui en effet c’est important de rappeler que l’on peut mettre un sterilet lorsque nous n’avons jamais eu d’enfants !
      Pour ma part c’est l’option qui me tente le plus également 😘😘

  4. Steph
    8 mai 2019 / 21 h 30 min

    Hello,
    Merci beaucoup pour ton partage d’expérience. Cela me rassure un peu de lire qu’il a fallu du temps avant que tes cycles redeviennent reguliers. Celà fait 1mois que j’ai arrêté la pilule et… toujours pas de règles ! C’est assez «perturbant d’être autant perturbée» tellement notre corps à été drillé par ces hormones… Et de l’autre côté on entend tellement de couple qui ont du mal à concevoir que parfois ça fait peur…

    Merci beaucoup pour cet article et bonne continuation 🙂

    • eloditcequelleveut
      Auteur
      14 mai 2019 / 22 h 01 min

      Hello Steph ✨
      Merci beaucoup pour ton message !
      Oui pas de panique, il faut un peu de temps pour que la machine se remette en ordre 🙏🏻
      Il est vrai qu’il a de plus en plus d’exemple de couples ayant de difficultés à concevoir, mais c’est aussi dû à la mauvaise qualité de vie que nous avons, l’alimentation, la pollution etc… 😪
      Pas de stress ton corps va retrouver son rythme 😘😘😘

  5. 8 mai 2019 / 21 h 55 min

    bonsoir Elo, je découvre votre blog, euh..disons que je n’avais pas vraiment pris le temps, désolée mais l’écriture m’accapare beaucoup! eh bien je trouve votre article intéressant surtout vu votre page, c’est bien …! Ça fait plaisir de lire que vous donnez un avis uniquement vous concernant, que vous ne vous permettez en aucune façon de donner des conseils et qu’il s’agit bien de Votre ressenti, Votre expérience…C’est très sage!!!-:) En effet le conseil le plus important est bien d-celui de ne pas faire un « fix » sur l’envie d’avoir un bébé…la nature fait très bien les choses Elle sait quand le moment est propice bien que quelquefois ce soit un peu problématique pour certaines femmes…Mais avec de la patience et de l’amour on y arrive… D’autre part il est vrai que le corps sous l’effet de la pilule ne fonctionne plus normalement puisque la prise de la pilule pour certaines diminue la douleur des règles , ou les espace. Le corps sait, nous savons aussi et effectivement le remettre en route de façon naturelle après l’avoir un peu « dérangé » dans ses habitudes peut retarder la bonne mise en route, mais cela ne dure pas avec de la patience en quantité rien n’est impossible.
    Je vous ai lue avec plaisir, un article interessant, tout à votre honneur, jeunesse raisonnable c’est super! Bonne continuation prenez soin de vous ..deux-:) et du futur papa bien évidement. Haruko San.

    • eloditcequelleveut
      Auteur
      14 mai 2019 / 21 h 58 min

      Merci beaucoup pour vos mots si encourageant 🙏🏻✨
      Je partage totalement votre opinion, je crois que la vie, la nature fait bien les choses !
      Et qu’avec de l’amour et de la patience le bonheur peut arriver 😍
      Merci d’avoir pris le temps de me lire et de me partager votre avis.
      À bientôt !

  6. Justine
    9 mai 2019 / 14 h 08 min

    Ton article me rassure tu n’imgaines pas à quel point !
    J’ai commencé aussi à prendre Minidril lorsque j’avais 16 ans, j’ai arrêté de prendre une pilule à mes 19 ans sur « ordre » de la gynécologue qui s’est aperçue que mes ovaires ne fonctionnaient pas bien (en partie à cause de la prise de pilule). J’ai 25 ans aujourd’hui et toujours quelques problèmes avec mes ovaires. Je sais que je n’ai pas une bonne fertilité mais le fait de savoir que tu as pu réussir à tomber enceinte naturellement si je puis dire me rassure vraiment ! Merci pour ce partage et je te souhaite vraiment beaucoup de bonheur 🙂

    • eloditcequelleveut
      Auteur
      14 mai 2019 / 21 h 54 min

      Hello Justine ✨
      Merci beaucoup pour ton message 🙏🏼
      Oui je crois que l’on a toutes plus ou moins une « peur » de ne pas être fertile.
      Quand on se retrouve face à un diagnostic réel forcément on panique ! Moi la première !
      Mais oui je pense qu’il faut faire confiance à la vie, et puis si jamais il faut un petit coup de main médical ça ne sera qu’une étape pour un grand bonheur 😍
      En tous cas je te souhaite que du bon pour l’avenir 😘😘😘

  7. H
    9 mai 2019 / 16 h 24 min

    Ça fait tellement du bien de lire ce genre d’article, contente d’en voir de plus en plus. Quelle saloperie cette pilule franchement. J’ai commencé à la prendre à 15 ans, parceque j’avais des règles trop douloureuse, même pas à but contraceptif…
    Après plus de 10 ans de non contrôle de mon corps, avec quand même quelques interruptions en longue période hors couple stable, j’ai eu un jour un véritable déclic, un dégoût et j’ai tout arrêté pour mettre un stérilet car le projet bébé n’était pas dutout au programme.
    Mais malheureusement je ne l’ai pas supporté et 1 an après j’ai du le retirer.
    Maintenant on « évite » les semaines d’ovulation et si bébé arrive et bah tant mieux ! Mais pas de précipitation.

    Je te souhaite une excellente grossesse et plein de bonheur à vous 2 (+ petite orange) 😘

    • eloditcequelleveut
      Auteur
      14 mai 2019 / 21 h 48 min

      Merci beaucoup pour ton message ✨
      Oui enfin on lève le voile sur un tabou ! Nous sommes la génération pilule, comme une évidence sans vraiment se poser de questions nous l’avons toutes prise pendant des années 😰
      Je pense qu’il est important d’écouter son corps et de prendre la décision (et contraception) qui nous va le mieux 🙏🏼
      Merci pour ton partage d’expérience et puis je te souhaite que le baby pointe le bout de son nez quand vous le souhaiterez 😘😘

  8. Emilie
    9 mai 2019 / 16 h 36 min

    Coucou Elodie,
    Super article dans lequel je me suis reconnue sur certains points. Il y a quelques années, après un arrêt brutal de la pilule suite à une rupture amoureuse s’en sont suivies 2 années aménorrhées et une hygiène de vie assez déplorable (beaucoup de sorties, tabac et troubles alimentaires). J’ai fait des examens et les résultats tombaient : symptôme des ovaires polykystiques « vous aurez beaucoup de mal à avoir des enfants ». Depuis, il y a 4 ans j’ai rencontré mon compagnon actuel, repris la pilule puis arrêté la pilule fin 2018 (comme toi, j’en faisais un réel dégoût et je souhaitais à tout prix trouver une alternative) et aujourd’hui à l’âge de 28 ans je suis finalement enceinte de 5 mois! Comme quoi tout peut arriver naturellement et bien plus vite que l’on ne pense lorsqu’on l’on reprend sa vie en main, et que l’on devient est en accord avec soi-même et avec son corps. 🙂
    La pilule n’est pas à bannir, loin de là mais je pense comme toi, que chacune ressent ce qui est bon pour elle ou non.
    Merci pour ton article et ton partage d’expérience, j’adore te suivre sur IG, ton naturel et ton franc-parler font plaisir à suivre quotidiennement. Bonne grossesse 🙂
    Emilie

    • eloditcequelleveut
      Auteur
      14 mai 2019 / 21 h 41 min

      Hello Emilie ✨
      merci beaucoup pour ton message et ton partage d’expérience !
      Mais surtout félicitations pour le baby à venir 🍼🐣
      Je suis totalement d’accord, il faut faire confiance à la vie et permettre à notre corps de prendre le bon chemin 🙏🏼
      Je te souhaite une merveilleuse grossesse 😘😘

  9. Emilie MICHEL GROSJEAN
    15 mai 2019 / 14 h 08 min

    coucou miss.
    top ton article… je me retrouve complètement…
    Après 10 ans de pillule de 18 a 28 ans… j ai décidé de stopper car idem j en pouvais plus d avaler un truc bourré d hormone… donc depuis 8 ans je vis sans et comme tu dis …le préservatif cest parfait… et lors de ma dernière relation et bien nous avons fait attention car comme tu le dis si bien, la contraception n est pas slt l affaire de la femme ds un couple.
    des bisous et merci pour ce partage.

    • eloditcequelleveut
      Auteur
      20 mai 2019 / 18 h 14 min

      Hello Emilie !
      merci beaucoup pour ton retour !
      Oui je suis d’accord c’est une affaire qui doit se « gérer » à deux.
      Bisous et merci de m’avoir lu 😘😘

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *