Grossesse / Sans filtre

Cet été je ne suis plus la petite nénette sexy à l’avant du bateau un verre de rosé à la main. Cette année je reste à l’arrière, badigeonnée de crème solaire indice 50, à boire des litres d’eau et faire la sieste à l’ombre…

Sur instagram on embellit notre image, on choisit le plus beau décor, la pose la plus flatteuse, on règle la lumière, les contrastes et on met notre filtre chouchou. Celui qui rend le ciel plus bleu, la peau plus bronzée, le soleil plus brillant. Vous le savez j’ai toujours été honnête et transparente avec vous, ici ou sur les réseaux. Bien sur j’aime les belles photos et bien sur moi aussi je joue à ce jeu d’image, après tout c’est devenu mon métier. Mais je pense que parfois il est important de se parler sans filtres. Attention loin de moi l’idée de rédiger cet article comme une plainte, ou même une confession, c’est simplement un article sur mes ressentis vis à vis de ma grossesse, et surtout de l’image que j’ai de moi actuellement.

Vous le savez, l’arrivée de ce bébé est pour moi un immense bonheur, le plus beau, le plus grand. Et avoir la chance de porter la vie c’est juste indescriptible. Mais il y a des « petites » choses que je n’avais pas anticipé. Faire un bébé ça chamboule tout, et ce bien avant la naissance… Une fois les symptômes désagréables du début passés, comme les nausées, on découvre de drôles de surprises auxquelles on ne s’attendait pas. C’est déstabilisant, on passe toute notre vie à essayer de faire la paix avec notre corps et en quelques mois on mélange toutes les cartes et on les redistribue.

La prise de poids, forcément ! Comme je vous l’ai déjà dit sur Instagram je suis déjà à +10kg et je fais à peine mon entrée dans le 6ème mois. Je mange normalement, et j’essaie surtout d’avoir une alimentation plus équilibrée, fini les fast food (ou très occasionnellement), je ne bois plus de sodas et j’ai remplacé les glaces par des fruits. Mais voilà c’est ainsi je grossis à vu d’oeil ! On dit souvent que ce sont les filles les plus minces qui prennent le plus, et bien je vous confirme la règle sans en être l’exception ! Ma mère et ma tante ont toutes les deux (largement) passé la barre des 20kg. Il faut dire que dans la famille nous sommes des petits gabarits, moins d’1,60m et jamais au dessus de 45kg, forcément on a de la marge. Mais c’est pas évident de se voir changer comme ça et si rapidement. Bien que la plupart des personnes me voient comme « toute mince avec seulement le bidou » moi j’ai l’impression d’être gonflée à l’hélium !

Les seins ! OMG ! Mais pardonnez-moi personne ne m’avait prévenu !!!! Bon je ne suis pas stupide je me doutais bien qu’il y aurait un peu plus de monde au balcon dans ces prochains mois, mais je n’aurais jamais imaginé autant ! C’est d’ailleurs ce que vous relevez le plus par messages hahaha, la taille de ma poitrine. Et pour cause je suis passée d’un petit 85B (tout mignon) à un 90E ultra énervé. C’est ce que je vis le plus mal à vrai dire. Le pire c’est que ce n’est pas fini, il va y avoir la montée de lait…

La cellulite et les vaisseaux qui pètent. Alors ça c’est vraiment injuste, plus d’alcool, plus de charcuterie, moins de sucreries et de la cellulite comme je n’ai jamais eu !  Je passe mon temps les jambes en l’air et me passe le jet d’eau froide quotidiennement des chevilles jusqu’aux cuisses, mais la chaleur et la prise de poids font éclater des dizaines de petites veines violacée. So glamour !!!

Les boutons. Tout un poème, moi qui a toujours eu une superbe peau, passant au travers de l’acné adolescente, me voilà en proie à de sévères poussées ! Visage, épaules et même décolleté… Difficile à combattre vu la composition chimique de la plupart des crèmes et lotions traitantes. Pourtant je n’ai jamais autant fait attention à ma routine de soin, et j’ai quasiment supprimé le make-up au profit d’une CC crème teintée.

Autant de petites contrariétés physiques sur lesquelles je ferme les yeux au quotidien et que vous ne voyez pas à travers vos écrans. Bien sur il n’est pas facile de faire le deuil de la Elodie d’avant, de ce corps que j’ai mis des années à apprivoiser et à aimer, d’être dans cette incertitude de ce que je serai après mon accouchement. Mais voilà je vais moi aussi vous servir le sempiternel refrain, mille fois entendu auparavant sans jamais en comprendre le sens… Tout ça n’est rien à côté du bonheur de porter ma fille. De voir mon ventre grossir chaque jour, de sentir ses petits coups (même si c’est douloureux au point parfois de me réveiller la nuit), de savoir qu’elle est en bonne santé et se développe bien. Mon corps « d’après » ne sera pas parfait, celui d’avant ne l’était pas non plus, j’apprendrai à l’aimer comme je l’ai déjà fait à chaque changements, à la puberté, ou à l’arrivée de la trentaine… Car aujourd’hui et pour la première fois de ma vie, le plus important ce n’est pas moi, c’est elle.

Suivre:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *